top of page

🔔 L'actualité du mois de janvier : le récap'

Tribune !


Une tribune récente pointe du doigt le manque d'action du gouvernement en matière de protection de l'enfance ce mois-ci. Alors que le Président de la République cherche à renforcer son gouvernement, la protection de l'enfance, pourtant cruciale, semble une fois de plus négligée.

Cela est d'autant plus préoccupant compte tenu des dysfonctionnements presque ancestraux persistant dans ce domaine. En dépit de nombreuses annonces et publications de mesures, certaines, telles que la loi Taquet de 2022 interdisant notamment le placement d'enfants dans des hôtels, restent encore inappliquées, laissant perdurer cette pratique. La tribune exhorte le gouvernement, dans le cadre de son plan de lutte contre les violences faites aux enfants, à réformer intégralement le système en instaurant un secrétariat dédié à la protection de l'enfance au sein du ministère de la justice.


Budget Sarthe


En ce début d’année, à l’heure où les budgets s’établissent, la Sarthe augmente de 15% son budget consacré à la protection de l’enfance. Pour la première fois, celui ci dépassera les 100 millions d’euros. Cette décision, se justifie selon le président du conseil départemental, en réaction à la hausse du nombre d’enfants placés, qu’il qualifie de « tsunami ». Cela permettrait notamment l’embauche d’assistants familiaux pour palier aux 200 qui ont disparus en l’espace de deux ans, et au financement d’une campagne de prévention active. Les élus départementaux ne manquent pas de rappeler le manque d’implication de l’État qui a alloué au département, pour la protection de l’enfance, seulement 2% du budget final.


« L’eau, le gaz et l’electricité »


La réalisatrice et comédienne Sara Louis est à l'initiative d'un documentaire sonore intitulé « L'eau, le gaz et l'électricité ». Ce projet trouve son inspiration dans l'expérience vécue par les jeunes employés du restaurant d'insertion « Graines de Piment » à Avignon. En effet, ce restaurant offre des opportunités d'emploi aux jeunes encadrés par la PJJ, l'ASE, ou encore la mission locale. Présenté dans le hall de la Maison Jean Vilar à Avignon, une institution culturelle et artistique visant à ouvrir le monde de l'art à tous les publics, ce documentaire vise à susciter l'intérêt de ces jeunes accompagnés pour le théâtre. Sara Louis a pour objectif d’intéresser ces jeunes accompagnés au théâtre car selon elle : « Le théâtre n’est intéressant que parce qu’il parle de nos vies ».


Manque de personnels PJJ


Le 23 janvier dernier, les éducateurs, psychologues, et assistantes sociales de la PJJ ont lancé un cri d'alarme quant au manque de moyens dont ils souffrent. Ils réclament également une revalorisation de leurs métiers. Les professionnels déplorent un surplus de nouvelles missions qui leur sont confiées, sans que des effectifs supplémentaires soient embauchés pour faire face à cette charge croissante. Par exemple, deux assistantes sociales devraient être présentes par unité, cependant, il est fréquent qu'il n'y en ait qu'une, voire aucune, comme c'est le cas dans le 3ème arrondissement de Marseille. De plus, il y a un nombre insuffisant d'éducateurs pour encadrer le grand nombre de jeunes issus de la délinquance. La ville qui serait le plus impacté serait la Ville de Marseille.


Loi Immigration


Le Conseil Constitutionnel a rendu une décision le 25 janvier dernier, donnant son vis sur le projet de loi immigration. Une grande partie du projet a été censuré, cependant certaines dispositions demeurent et inquiètent. C'est notamment le cas de l'article 44 de la loi, qui propose d'exclure de l'aide sociale à l'enfance les jeunes majeurs faisant l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Cette mesure remet en question la loi Taquet de 2022 qui oblige les

départements à proposer un accompagnement aux jeunes majeurs âgés de 18 à 21 ans. Selon les dires de Violaine Husson, cette disposition crée une discrimination entre les Français et les

étrangers.

15 vues0 commentaire

Articles à découvrir

bottom of page